memoire de Plouider
Slogan du site
Descriptif du site
Roger Calvez
enregistrements
Article mis en ligne le 1er février 2009
dernière modification le 3 décembre 2011

par dede
Imprimer logo imprimer
Enregistrer au format PDF

CC-BY-NC-ND - Roger/Aline Calvez

JPEG - 6.3 ko

lien vers hommage à Roger CALVEZ


 {enregistrements réalisés le 10 novembre 2008 à Pratmeur}

Pour inaugurer cette nouvelle rubrique et mettre en lumière un de nos concitoyens, il n’a pas fallu réfléchir longtemps pour désigner une figure qui aura marqué la vie municipale de notre commune pendant près de 40 ans.

Direction Prat-meur par un lundi pluvieux de novembre où Roger Calvez nous attend dans sa maison, non loin de la ferme familiale.

Il nous reçoit simplement et nous nous attablons dans le salon pour près de 2 heures de conversation, remplies d’anecdotes et d’informations précieuses sur la vie de notre commune.

Malgré deux A.V.C qui ont affecté sa santé, Roger s’exprime avec beaucoup de force et on est saisi par la mémoire de ce grand homme dont le regard est d’une rare intensité.


 Une enfance heureuse

Roger est le dernier d’une famille de 5 enfants, avec 12 ans d’écart sur le 4e. Il passe une enfance heureuse à la ferme à Prat-meur avec ses neveux et nièces (les enfants de sa soeur cadette). Il fait ses études primaires à Plounéour-Trez, 5 années en pensionnat dans ce qu’il appelle des fois, devant les gars de Plounéour, « mon université ». Ce sont ensuite les années collège entrecoupées d’étés bien remplis par le travail à la ferme. Roger est notamment chargé, à partir de l’âge de 10/11 ans, d’aller faire les courses avec le cheval à Plouider pour prendre tout ce dont il y a besoin pour la ferme.


 Les années difficiles et dangereuses

Roger est confronté à la guerre alors qu’il n’est encore qu’adolescent. Les premiers souvenirs sont marquants avec l’arrivée de colonnes de soldats allemands et de leurs engins qui se rendent sur Brest. L’une d’elles, empêchée par les Américains de passer par Lesneven, va traverser Plouescat et Keremma en laissant une dizaine de civils tués derrière elle. Heureusement, elle ne s’arrêtera pas à Plouider. Mais c’est aussi la mobilisation quasi quotidienne au service des occupants avec la menace de tomber sous les coups de feu des allemands, comme cet épisode où son père et d’autres n’ont que le temps de sauter dans le fossé pour échapper aux tirs de soldats qui les ont pris pour des américains.

la guerre 39/45

souvenirs

les blockhaus de Kermabon

anecdote 1

anecdote 2


le service militaire

l’Allemagne


apres l'armee (en 1950)


 Le bouleversement du monde agricole

En 1950, Roger rencontre Aline dans une de ces fêtes locales qui étaient le lieu de rendez-vous des jeunes de cette époque. Ils se marient et s’installent à la ferme. Roger comprend tout de suite en devenant agriculteur qu’il faut changer les choses. Il faut étudier et voir ce qu’il faut faire pour améliorer la situation. A l’époque, on livre les choux aux dépôts. Il n’y a pas de prix fixés à l’avance, c’est le dépositaire qui négocie avec les marchands et qui reverse ensuite ce qu’il veut aux paysans. Avec les coopératives, ce n’est guère mieux car elles ont aussi du mal à défendre les prix. C’est pour cela que la SICA est créée, inaugurée en 1961 par Gourvennec, Chapalain et Saillour. Roger a entendu pour la première fois Alexis Gourvennec lors d’une réunion sous les halles à St-Pol-de-Léon et il a été « époustouflé d’entendre un paysan comme lui ». La période est difficile avec la résistance de certains agriculteurs qui sont contre le changement, mais les choses finissent par bouger… La protection sociale arrive ainsi un peu plus tard, résultat des échanges que les agriculteurs ont pris l’habitude d’avoir lors de toutes ces réunions.


 La vie politique

Roger rentre au conseil municipal en 1959. Son père, décédé en 1960, qui connaît très bien la commune dira à un de ses fils : « tu verras, ton frère probablement sera maire de Plouider ». Il ne croit pas si bien dire puisque Jean Riou, le maire à l’époque, décède brutalement d’un AVC. Le conseil se réunit et c’est Roger qui est élu au 1er tour par 11 voix contre 4 pour finir le mandat à la place de Jean Riou. Il commence par refuser et demande un 2e tour car il souhaite que le conseil donne un signal fort aux plouidérois en montrant qu’il est uni dans le choix du nouveau maire. Il est alors élu à la quasi-unanimité. Et voilà donc Roger « embarqué » dans une histoire qu’il ne pensait pas voir durer si longtemps. Un habitant de Pont du Châtel, pourtant visionnaire, lui dira alors : « là, il y en a pour 25 ans ». Roger, 25 ans plus tard, aurait voulu se rendre chez lui avec une bouteille de champagne pour lui dire que les 25 ans étaient passés mais il n’en aura pas le temps car cette personne décèdera peu avant. Au bout du compte, Roger sera 34 ans maire de Plouider.
Mon premier mandat

anecdote

la nouvelle mairie

JPEG JPEG
JPEG JPEG

les écoles à Plouider

 L'investissement au service des autres

Quand on demande à Roger pourquoi il s’est autant investit dans la vie politique, il répond immédiatement qu’il a « toujours voulu aider les autres ». On le sollicite pour le Sénat mais il refuse. Ca le dépasse d’aller faire les lois pour le pays, il est plus à son aise pour aider les familles, améliorer les choses pour les gens. « S’il n’y avait pas eu ces gens là qui avaient du mal à vivre, il n’y aurait pas eu besoin d’être là ». Au Conseil Général, il sera ainsi dans son élément. Etienne Airiau, à la fin de son mandat, vient le voir. « Y’en a déjà qui sont en campagne mais si tu y vas c’est toi qui seras élu. Je ne me prononcerai pour personne mais je te souhaite de gagner ». Et Airiau de rajouter : « si tu es élu, tu auras plusieurs mandats si tu arrives à faire la gendarmerie à Lesneven et la maison de retraite ». Elu en 1982, Roger fera ainsi 3 mandats. En 6 ans, il arrivera à mettre en place la gendarmerie et les 267 lits de la maison de retraite seront rénovés. A son départ en 2001, la rénovation des bâtiments de la maison de retraite sera achevée. Conscient de ses responsabilités et durant ces 19 années au Conseil Général, Roger ne ratera pas une seule des réunions générales. « Pour réussir ces projets, il fallait savoir comment nager et surtout être présent ».

le conseil général


 L'hommage à Aline

« C’est la meilleure secrétaire qui existe. Si elle n’avait pas été là, je n’aurais pas pu faire ce que j’ai fait ». Le métier de maire était prenant, d’autant que Roger était également président du Sivom de la Côte des Légendes mais également administrateur à la caisse régionale du Crédit Agricole à Quimper (« mettre de l’argent au service des hommes »). Aline a donc assuré la direction de l’exploitation, aidée par des employés modèles, notamment Job Castel, et des voisins sur qui on pouvait compter.


le credit agricol


 Piaf

C’est sur une chanson d’Edith Piaf (son air préféré) que nous finissons l’entretien. « Non, rien de rien, je ne regrette rien ». Roger peut être fier de cette longue vie politique : « je ne regrette rien et je crois que je n’ai pas mécontenté beaucoup de monde ».


Dans la même rubrique



pucePlan du site puceContact puceMentions légales puceEspace rédacteurs puce

RSS

2009-2017 © memoire de Plouider - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.84.19
Hébergeur : infini.fr