logo site
memoire de Plouider
Slogan du site
Descriptif du site
logo article ou rubrique
Le manoir de KERVEULEUGAN
Article mis en ligne le 29 novembre 2011
dernière modification le 25 avril 2019

par GAC Yvon

Manoir de KERVEULEUGAN

Aux XVè et XVIème siècle, la seigneurie de KERVEULEUGAN est la propriété de la famille de KERAZRET qui a son origine dans la seigneurie de KERAZRET dans la paroisse de Plougoulm.

A Plougoulm, l’ancien manoir de Kerazret (XVème siècle) était le berceau de la famille de Kerazret ou Keraeret. Il possédait autrefois une chapelle privative Notre-Dame de Larc’hantel (ou Larchantel) et une fontaine. Puis propriété successive des familles du Chastel (en 1540), Ploeuc (en 1580 et en 1628), Goulaine…

A Plouider, il ne reste plus de trace d’un manoir mais sa Métairie continue d’exister dans les appellations de quartier. La chapelle Saint-Catherine de Dourmap était dite également Gouvernement de Kervelegan ou de Kerazret à raison du bénéfice dont étaient fondateurs et présentateurs les seigneurs de Kervalégan ; le seigneur de Marbeuf y présentait en 1781.

Le cadastre napoléonien indique deux parcelles (F185 et F186) du Grand Kerveuleugan qui portent le nom de "parc ar houldry" et "fouennec ar houldry" (houldry = colombier). Cet ancien colombier est localisé par un rond rouge sur le plan.

Aveu de Françoise de Marboeuff pour des terres à Plouider (1683)
Ledict « parc ar couldry » dans lequel est le colombier et retraite a pigons de ladicte seigneurie de Kerveuleugan contenant un journal et vingt cordes de terre chaude joignant du costé du midy une petite venelle conduisante dudict placis par dessus la chaussée dudict vivier audict grand chemin conduisant dudict Plouider à Lestourdu, de lautre costé vers septentrion audict « parc an sal », du bout vers oriant sur ledict grand chemin et de lautre boult vers occident sur ledict vivier ,


Famille de KERAZRET.

. Derian de KERAZRET

. Hervé de KERAZRET, fils de Derian, fait en 1358 un accord avec son voisin (de Plougoulm à Sibiril) le sire de Kerouzéré, et cet accord est scellé par leur autre voisin Yvon de Penfentenyo. À cette époque précise, le fait de sceller vaut ratification par un supérieur vers ses subordonnés. Or il se trouve que Penfentenyo porte " burelé de gueules et d’argent " et que Kerazret porte "burelé d’argent et de gueules, deux guivres d’azur entrelacées dans les burelles".

. Henry de KERAZRET : en 1396, accord entre le procureur de Broérec, au nom du Duc, et Henry de Kerazret, par lequel ledit Kerazret relaisse au Duc les mesures de bled et de sel de la ville d’Hennebont.

. Alain de KERAZRET : cité en 1426 dans une lettre du Duc de Bretagne. Il avait une sœur Isabelle de KERAZRET qui fut mariée le 11 août 1430 à Guillaume de BREZAL, né vers 1420, décédé vers 1475 (à l’âge de peut-être 55 ans), dont elle eut Yvon BREZAL, père de Guillaume.

. Thomas de KERAZRET, prévôt des maréchaux de Bretagne, préside la Montre du 6 avril 1467. En 1480, il est écuyer, commandant d’une compagnie de 20 lances et 30 archers et il devint en 1489 Capitaine de Brest. Il était Chambellan du Duc de Bretagne, confirmé par la Duchesse Anne comme « provost des mareschaulx  » en 1491. « Les montres eurent lieu les 4 et 5 Septembre 1481 en la Châtellenie de Lesneven devant le seigneur du lieu, le prévôt des maréchaux : Thomas de Kerazret et Jean de Keraldanet procureur du Léon ».

. Jean de KERAZRET, propriétaire en 1475 après le décès de son frère aîné Alain.

. Yvon de KERAZRET, fils de Jean, écuyer propriétaire en 1495. Il assiste à la Montre de Lesneven en 1503 : « homme d’armes, o son postillon et bien armés et bien montés, paige ». Il était marié à Marie Jeanne de Rosmadec (sœur de Jeanne de Rosmadec mariée au sieur de Ploeuc dont elle eut Vincent de Ploeuc).

. Jacques de KERAZRET, fils d’Yvon, épouse Jeanne de Kerguiziau.

. Marie de KERAZRET, fille de Jacques, propriétaire en 1540, dame héritière de KERAZRET et de KERMEULEUGAN.

Un Yves de KERAZRET, petit neveu d’un évêque de Léon, est Recteur de Plouider en 1521. Il est cité dans le livre de la Chancellerie de Bretagne : « maintenues et sauvegardes pour Yves Kerazret, recteur de Ploëdider, sur le droit de placer ses armes en bosse en la chapelle de Saint-Nicolas ».


Famille du CHASTEL.

. Guillaume du CHASTEL, seigneur de Kersymon en Coat-Méal et du Poulmic épouse Marie de KERAZRET, dame de KERAZRET et de KERNELEGON, dont il n’eut qu’une fille unique, née vers 1545. Il agit en 1556 comme tuteur de sa fille Anne. Il était capitaine de Brest, lieutenant du roy en Basse-Bretagne, et il chassa les Anglais et les défit à Saint-Mahé de Léon en 1556. Il eut en partage les terres du Poulmic et de Leslen.


Famille de PLOEUC.

. Vincent de PLOEUC, seigneur du Tymeur et du Breignou, Chevalier de l’Ordre du roi et Capitaine du ban et arrière-ban de l’évêché de Léon, épouse

1°) Anne du CHASTEL, dame héritière du Poulmic, fille de Guillaume, le 20 mai 1570. Ils ont une fille Anne de Ploeuc, née vers 1571. Anne meurt le 25 juillet 1573.

2°) Mauricette de GOULAINE, dame de Coëtquenan en Plouguerneau, née le 27 juillet 1561, fille aînée de Claude, sire de Goulaine, baron de Blaison, Chevalier de l’Ordre du roi, gentilhomme de sa Chambre, et de Jeanne de Boutteville, baronne du Faouët (contrat du 1er mars 1579 au château Le Saint, Morbihan). Ils eurent 4 enfants.

. Anne de PLOEUC, baronne du Poulmic, fille de Vincent, née vers 1563, veuve de Pierre de Kersaudy, épouse en secondes noces Jean de GOULAINE. Elle est propriétaire du manoir de Kerveuleugan en 1651. Elle meurt le 7 février 1636 à Morlaix comme religieuse bénédictine du Calvaire.


Famille de GOULAINE.

. Jean de GOULAINE, Chevalier seigneur du Faouët et de la Ruffelière, Chevalier de l’Ordre du Roi, Maréchal de Camp, lieutenant général, né en décembre, a épousé Anne de PLOEUC. Ils ont une fille Claude.


Famille du HAN.

. Jean du HAN, seigneur de Launay et du Bertry, né le 7 juin 1593 à Rennes et décédé le 22 décembre 1640 à Rennes a épousé le 4 mai 1634 Claude de GOULAINE, dame héritière du Poulmic, née vers 1601 et décédée en septembre 1660 à Rennes,. Ils ont un fils Jean François Marie.

. Jean François Marie du HAN, seigneur de Bertry, Conseiller au Parlement de Bretagne, né le 7 août 1640 à Rennes et décédé le 5 août 1680 à Rennes, a épousé le 12 juin 1661 à Laillé (Ille-et-Vilaine) Françoise de MARBEUF, née le 13 mai 1647 à Rennes et décédée le 7 avril 1724 à Rennes, fille de Claude Marbeuf et Jeanne Cadio. Le père de son épouse était comme lui conseiller au Parlement de Bretagne, avant d’y devenir Président à mortier.

Acte de décès de Jean François du HAN

On peut penser que ce mariage est à l’origine de l’entrée du domaine de KERVEULEUGAN dans la famille MARBEUF.


Famille de QUILLEVERE.

. Jean de QUILLEVERE, sieur de KERVEULEUGANT, est propriétaire en 1651. Il est seigneur de Kerveuleugant à Plouescat et à Plouider. Il a épousé Olive de LESELEUC.


Famille de MARBEUF.

Aveu francoise De marboeuff pour des terres à Plouider (1683)
(réformation de la noblesse) :

Déclaration et denombrement des maisons , terres et herittages, fieffs, rentes et cheffrantes que dame francoise De marboeuff veuffve feu messire jan francois marie Du han chevallier seigneur compte dudit lieu et de kerveulegan et de plusieurs autres terres et seigneurie, mere et tutrice de damoiselle anonyme Du han sa fille et unicque herittiere de son mariage avecq ledit deffunt faisant sa residance ordinaire au chasteau du han parroisse de montreuil le gast eveché de Rennes tient et possede prochement et noblement du roy nostre sire et souverain et seigneur à debvoir de foy, hommages, rachaptz et autres debvoirs seigneurieaux soubz le resort de la court et jurisdiction royalle de Lesneven, laquelle declaration ladite dame audit nom fournist et presante au roy devant messire rené De loheac seigneur de trevozec conseiller du roy et maistre ordinaire dans la chambre des comptes de bretaigne, depputtés par arrest du conseil et lettres pattantes du dix neuffiesme mars mil six cents septante huict pour la refformattiondes dommaines de sa majesté soubz ladite jurisdiction de Lesneven sont escheus à ladite damoiselle par le decedz dudict feu seigneur compte du han son pere desquels la description sensuit

Et premier,
Le manoir et lieu seigneurie dudit Kerveuleugan sittuée en la parroisse de Plouider contenant soubz fond de maisons, court, jardins, vergers et pourprier, issues et placis, fontaine, vivier, bois de haute fustaye et rabines, contenant cincq journaux de terre, le tout sentre joignant et aboutisant par plusieurs endroit et par autres terres dépendantes de ladite seigneurie de Kerveuleugan cy appres describes,

La metairie noble dudict lieu et manoir de Kerveuleugan contenant soubz fond de maisons et estables, vaux, aire, jardins et granges, trois quartz journal de terre le tout sentrejoignant et aboutisant du bout vers le septentrion le placis cy dessus, dautre bout et des deux cottés à autres terres depandantes de ladite metairie cy appres.
Un parc nommé « corn an abat » contenant deux journaux, vingt et huict cordes de terre chaude joignant du costé doriant les maisons et issues de laditte metairie cy dessus, de lautre costé vers occidant le « parc ar grannoc » cy appres du boult vers le midy sur la grande garesne depandante de lautre mettarie de ladicte seigneurie nommé le petit Kerveuleugan et du boult vers le septentrion a une desdittes rabines cy dessus,
ledict « parc ar grannoc » contenant quattre journaux soixante et huict cordes de terre chaude comprises un petit parc autrefois soubz semil joignant du costé doriant ledict « parc corn abat » cy dessus , dautre costé vers occidant sur le chemin conduisant du bourg de Plouider à Lesneven aboutisant du boult vers midy ladicte grande garesne de Kerveuleugan et de lautre bout a ladicte rabine ...

. La famille de Marbeuf est propriétaire au moment de la Révolution de 1789.

. Les biens de Yves Alexandre de MARBEUF, archevêque de Lyon, émigré en Allemagne, propriétaire d’une quinzaine de domaines dans la paroisse de Plouider, sont confisqués puis vendus aux enchères : le domaine de Kerveuleugant est vendu le 6 novembre 1794 ; il comprend les bâtiments et 20,5 hectares de terres, loués à Yves BERNARD et il est acheté pour 34.000 livres par un certain TISSERANT de Brest. Yves Bernard, qui louait les 2 domaines de Keraïlis en plus de Kerveuleugant, achète le domaine de Keraïlis Bihan, appartenant au même MARBEUF, les bâtiments et 3,4 hectares de terres, pour 6.050 livres.

Le même jour, le domaine de Kerveuleugant Bihan, appartenant lui aussi à MARBEUF, composé des bâtiments et de 16 hectares de terre, loué à Jacques Roudaut, est acheté pour 23.000 livres par DAVID et ses associés de NANTES.


PREMIERES FAMILLES DE PAYSANS

Les premières familles de paysans apparaissent sur les terres du manoir de Kerveuleugan et celles de Kerveuleugan Bihan à la fin du XVIIème siècle dans les registres paroissiaux.

Un premier couple est composé de Didier PAGE (décédé le 17 mai 1726 à 70 ans) et Marie ABHERVE (décédée le 27 novembre 1712, à 60 ans). Ils ont deux enfants nés à Kerveuleugan, Louise (1683) et Yves (1684).

Famille ULVOAS.

. Hervé ULVOAS, marié vers 1674 à Jeanne MESGUEN, est décédé au manoir de Kerveuleugan le 8 mai 1705.

. Un de ses fils, Michel ULVOAS, né vers 1684 et décédé le 1er février 1758 à Kerveuleugan Bihan, a épousé le 6 juillet 1706 à Plouider Anne HELOU. Ils ont 9 enfants : Guillaume (1707), Goulven (1709), Marie (1711), Renée (1714), Marguerite (1715), François (1716), Yves (1717), Janne (1719) et Michel (1721).

. Renée ULVOAS, fille de Michel, née le 13 janvier 1714, a épousé Pierre TOULLEC, né vers 1683 et décédé le 27 mars 1754 à Lestorduff. Ils ont eu 8 enfants, nés à Kerveuleugan : Marie (1712, décédée en 1725 au manoir de Querneuleugan), Jeanne (1716), Anne (1719), Michel Louis (1722), Alain (1725), Marie (1728), Joseph Marie (1732 au manoir de Kerveuleugan) et Renée (1733 au manoir de Kerveuleugan).

Famille ROUDAUT.

. Yves ROUDAUT, né vers 1657 et décédé le 17 avril 1713 à Kerveuleugan, a épousé le 12 juillet 1685 à Plouider Anne THOMAS, née vers 1665 et décédée le 19 juillet 1715 également à Kerveuleugan, veuve de Alain Guillou (x 2 février 1684). Ils ont 8 enfants, nés à Kerveuleugan : Anne (1688), Julien (1689), Guillaume (1690), Yves (1694), Françoise (1697), Marie (1700), Christophe (1702) et Anne (1706).

. Yves ROUDAUT, fils du précédent, né en 1694 et décédé le 9 mars 1768 à Kerveuleugan, a épousé le 27 novembre 1718 à Plouider Marguerite LAVANANT, née vers 1695 et décédée le 5 juin 1743. Ils ont eu 9 enfants à Kerveuleugan : Yves (1719), Françoise (1721), Claudine (1723), Marguerite (1724), Sébastien (1727), Anne (1730), Marie (1732), Jacques (1736) et Yves (1738). Après le décès de sa première épouse, Yves Roudaut se remarie le 12 février 1744 à Plouider avec Jeanne SALOU.

Trois enfants d’Yves Roudaut et Marguerite Lavanant restent vivre à Kerveuleugan :

. Sébastien ROUDAUT, né le 22 mars 1727 et décédé le 23 juin 1779, a épousé le 13 juillet 1757 à Plouider Marie CONSEIL, née le 23 juillet 1733 à Plounevez-Lochrist. Ils ont 5 enfants à Kerveuleugan : Jacques Jean (1761), Yves (1765), Sébastien (1768), Anne (1771) et Yves (1773).

. Yves ROUDAUT a épousé le 25 juin 1758 à Plouider Marie GODEFFROY, originaire de Lanhouarneau. Ils ont 5 enfants, nés à Kerveuleugan Jeanne (1759), Marie (1760), Yves Louis (1764), Jean (1767) et Sébastien (1771).

. Jacques ROUDAUT, né le 25 juillet 1736 et décédé le 15 mars 1797, a épousé le 16 novembre 1768 à Plouider Catherine GOURIOU, née vers 1741 et décédée le 9 mars 1816 à Kerveuleugan. Ils ont eu 1 fils né à Kerveuleugan : Yves (1770).

. Yves ROUDAUT, fils de Jacques, né le 15 mars 1770 et décédé le 26 mai 1837, a épousé le 10 février 1790 à Plouider Marie Jeanne CALVEZ, née le 19 novembre 1758 et décédée le 21 avril 1837 à Kervélégant, un mois avant son mari. Ils ont 8 enfants nés à Kerveuleugan : Yves (1796), Yves (1797), Pierre (1798), Suzanne (1800), Anne Gabrielle (1803), Yves (1805), Pierre (1807) et Henry (1809).

. Yves ROUDAUT, fils de Yves, né le 25 mai 1805, a épousé le 10 février 1829 à Plouider Catherine LE TRAON, née le 6 mars 1811. Ils ont eu 4 enfants à Kerveuleugan : Marie Jeanne (1832), Henry (1833), Marie Yvonne (1835), Marie Françoise (1836).

Famille LE SAOUT.

Deux frères, enfants de Yves LE SAOUT et Anne GEFFROY de Runeven, viennent s’installer à Kerveuleugan.

. Alain LE SAOUT a épousé le 30 janvier 1788 à Plouider Marie Magdeleine MADEC, fille de Tanguy et Marie FEREC de Torranéac’h. Ils ont 6 enfants nés à Kerveuleugan : Yves (1791), Tanguy (1793), Anne (1794), François (1797), Marie (1799) et Yves (1802).

. François LE SAOUT, fils d’Alain, né le 19 février 1797 à Kerveuleugan, a épousé Marie ROUDAUT. Ils ont 8 enfants nés à Kerveuleugan : Alain (1819), Marie Anne (1820), Yves (1823), Jean-Marie (1825), Alain Marie (1827, la Métairie), Marie Françoise (1829), François (1831) et Marie Louise (1835).

. Guillaume LE SAOUT a épousé le 8 février 1792 à Plouider Marie TANGUY de Plouguerneau, fille de François et Françoise RIOU. Ils ont 10 enfants nés à Kerveuleugan : Laurent (1792), Alain et Marie (1795), Madeleine (1797), Jeanne (1799, la Métairie), Yves (1801), Marie Anne (1804), Charles et François (1806) et Anne (1808).

Famille PENGAM.

Deux frères PENGAM sont installés à Kerveuleugan au milieu du XIXème siècle.

. Jean Marie Yves PENGAM, né le 29 octobre 1820, fils de Yves et Marie Anne RIOU, a épousé le 17 novembre 1847 à Plouider Marie Jeanne MONOT, née le 2 novembre 1822, fille de François et Marie LE REST. Ils ont 1 enfant François né en 1848 à Poulbrouan (village voisin) et 5 enfants nés à Kerveuleugan : Jean Marie (1850), Toussaint (1852), Marie Yvonne (1854), Marie Françoise (1856) et Vincent Marie (1862).

. François PENGAM, frère de Jean Marie, a épousé Marie Yvonne ROUDAUT. Ils ont eu une fille Marie Anne née à Kerveuleugan et celle-ci y reste après son mariage.

. Marie Anne PENGAM, née le 2 janvier 1855 à Kerveuleugan, a épousé Goulven PERSON, né le 17 février 1852 à Plounévez-Lochrist, fils de Prigent et Marie Thérèse LE LANN. Ils ont 8 enfants nés à Kerveuleugan : Anne Marie Françoise (1877), François Marie (1879), Thérèse (1880), Yves Marie (1883), Anne Marie Joséphine (1885), Jacques Marie (1887), François Marie (1889), Marie Anne (1892), François Joseph Marie (1895).


L’histoire reprend à la métairie lors de la Seconde Guerre Mondiale (1940_1944) puisque les Allemands installent une batterie au lieu-dit Veuleury et construisent plusieurs blockhaus pour abriter les canons.

C’est l’occasion pour les élèves d’apprendre l’histoire sur le terrain près de leur école.


Dans la même rubrique



pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs puce RSS

2009-2019 © memoire de Plouider - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.2.91
Hébergeur : infini.fr