memoire de Plouider
Slogan du site
Descriptif du site
Le manoir de KERVASDOUE
Article mis en ligne le 27 novembre 2012
dernière modification le 30 novembre 2012

par GAC Yvon
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

Le manoir de Kervasdoué

JPEG - 49 ko

Ce manoir se trouvait autrefois dans la paroisse de Plouider (avant le rattachement à Lesneven avec d’autres villages en 1948).
Il n’en reste que quelques pierres éparses, redécouvertes vers 1980 par Henri Le Bras (fondateur des « Amis du musée du Léon ») : « J’eus la grande surprise de découvrir çà et là des pierres taillées dont les nervures et les motifs les situent à l’époque gothique. Il y en avait partout : en bordure des portes d’écuries, des fenêtres, pour délimiter le parterre de fleurs. Incrusté dans le pignon, un fragment d’inscription de lettres gothiques en épaisseur. Le début et la fin manquent ; mais l’on devine les trois lettres… LAU de la fin d’un nom, suivi par le mot : L’AN 15… Les deux derniers chiffres manquent ».
Lors de travaux d’adduction d’eau, on découvrit aussi « un immense escalier en pierre de taille, qui s’enfonçait dans le sol… Il y a une trentaine d’années, existait également un souterrain que l’on suivait sur plusieurs dizaines de mètres… ».

Une ancienne chapelle était rattachée au manoir, la chapelle de Saint Egarec. Le sanctuaire était un petit bâtiment rectangulaire, comportant deux ouvertures : une porte haute de 1m60 et un œil de bœuf.

JPEG - 54.6 ko

Dans la ferme voisine, est conservée une pierre carrée qui se trouvait au-dessus de la porte de la chapelle et qui porte la date de 1787. A l’intérieur, au sol en terre battue, se trouvait un autel en forme de tombeau, surmonté d’une statue en plâtre de la Vierge, statue qui avait remplacé une vieille statue en bois toute vermoulue. Cette dernière fut couchée par dévotion sous l’autel. Une autre statue, en chêne, représentait Saint Egarec, présentant le livre des Evangiles sur sa poitrine.

La Croix de Kervasdoué, dite Croix des Pêcheurs, Croix des Fiancés ou Croaz An ad Panein, est une croix épaisse en granit, de section octogonale, haute de 1m40, datant peut-être du XVIème siècle. Elle a un « téton » au sommet et porte, gravés en creux, horizontalement, sur les bras, des tenailles, un marteau et un clou : instruments de la Passion ( ?) ou marque de forgeron ( ?). Au revers est gravé un autre marteau.

JPEG - 19.3 ko
JPEG - 104.1 ko

Deux traditions sont rattachées à cette croix :
. « Les jeunes filles allant au pardon de Saint-Egarec déposaient chacune une épingle sur le petit téton de la croix. Si, au retour, l’épingle avait disparu, la déposante serait, dans l’année, demandée en mariage par le jeune homme qui aurait fait ce doux larcin », d’où le nom de Croix des Fiancés (d’après Henri Le Bras).
Deux traditions sont rattachées à cette croix :
. « Les jeunes filles allant au pardon de Saint-Egarec déposaient chacune une épingle sur le petit téton de la croix. Si, au retour, l’épingle avait disparu, la déposante serait, dans l’année, demandée en mariage par le jeune homme qui aurait fait ce doux larcin », d’où le nom de Croix des Fiancés (d’après Henri Le Bras).

***********************************
Familles propriétaires du manoir et du domaine  :
Nous trouvons les familles du Châtel, de Keranguen et Allain de la Marre jusqu’à la fin du XVIIème siècle. Par la suite, le manoir et les terres ont été occupés par des paysans locataires.

Famille du CHATEL (ou du CHASTEL) :

. Olivier du CHATEL, chevalier, sieur du Chatel, de Leislein, Lezourny et Lescoët, né vers 1435 et décédé après 1476, fils de François du Chatel et de Jeanne de Kermavan, a épousé le 27 janvier 1459 Marie du POULMIC, fille de Jean et de Jeanne de Beaumanoir. « Le lieu de Lescoat possédé par Olivier, fils de François du Chatel, aussi possesseur de Kergroades (1455) » [ALA, B1709].

. Tanguy du CHATEL, sire du Chatel et du Poulmic, né vers 1463 et décédé en 1521, a épousé le 21 octobre 1492 Louis du PONT-L’ABBE, décédée en 1495. Tanguy se remarie le 23 juin 1501 à Marie du JUCH, baronne du Juch, née vers 1485 et décédée en 1570, fille de Jean et Louise Le Baillif. Le 6 janvier 1521, Marie du Juch, veuve de Tanguy du Chatel, est curatrice de son fils François et en 1522, elle rend aveu pour la propriété du manoir de Kervasdoué en tant que curatrice de son fils François : « aveu au duc de Bretagne et au roi… le manoir de Kergoasdoë possédé par Olivier du Châtel (1468), Marie du Juch, curatrice de son fils François du Châtel, héritier de Tanguy (1522) [ALA B1708]. Parmi les nombreux enfants : François, héritier principal, Guillaume qui épouse Anne-Marie de Kerazret et Kerveuleugant, et Olivier.

- Olivier du Chatel, religieux de l’ordre de Saint-Augustin, est nommé Abbé de Daoulas en 1535, fonction qu’il exerce jusqu’à sa mort le 11 octobre 1550. Dans l’église du Folgoët, il existait un vitrail représentant Tanguy du Chatel et Marie du Juch : « Tanguy à cheval, armé de toutes pièces ; sa compagne étant à genoux, ayant auprès d’elle un écusson mi-partie du Chastel et du Juch ». Le vitrail se trouvait au-dessus de l’autel des Anges dont ils auraient fait don à l’église. Ils avaient fait le vœu de fonder l’Abbaye des Anges à Landéda, promesse qu’ils exécutèrent sans doute à l’intention de leur jeune fils Olivier malade (couvent des Récollets fondé en 1507). Il existait aussi, dans l’église du Folgoët, une statue de Marie du Juch portant dans ses bras son jeune fils Oliver, avec cette inscription sur le socle « Olivier, sire du Chastel ». L’enfant « à demi-nu semble, par les draperies collante de son léger vêtement, avoir été plongé dans la fontaine miraculeuse ». Il est probable qu’à l’occasion d’un vœu qu’elle fit à cette époque pour obtenir la guérison de son enfant malade, elle destina son jeune enfant à la vie religieuse qu’il suivit plus tard.

. François du CHATEL, seigneur du Chatel, de Lescoët et du Juch, né vers 1502 et décédé en octobre 1537, a épousé le 21 mai 1522 Claude du CHATELLIER, vicomtesse de Pommerit, née vers 1500 à Pommerit-Le-Vicomte et décédée après 1534, fille de François et de Jeanne de Rohan.

Famille de KERANGUEN.

Ce manoir était possédé ensuite par la famille de Keranguen : une vieille famille originaire de Plouénan, blasonnant « d’argent à 3 tourteaux de gueules », dont Michel de Keranguen, capitaine de Lesneven en 1581.

. François de Keranguen et son épouse « faisaient trafic de marchandise sans voir un seul sillon de terre à Languengar » (selon un acte de 1635). Issu sans doute d’une branche cadette fort peu fortunée, François de Keranguen use du privilège de « noblesse dormante » accordé par la Coutume de Bretagne pour redorer son blason. Fortune faite, il achète, en 1602, le domaine de Kervasdoué, avec une ferme de Traongurun (« un convenant sujet à fouage », selon l’acte de 1635), où il bâtit un manoir et vit « noblement »

. Gabriel de Keranguen, écuyer, né vers 1599, et Marye Calloet de Kerveguen, sieur et dame de Traongurun et Kergoasdoué en 1632 (date du décès de Gabriel) ; Marye Calloet est née le 29 juillet 1607 à Morlaix. En 1624, il fait « l’acquisition d’une métairie voisine de Lesneven ».

. leur fils Alain de Keranguen, né le 25 janvier 1626 à Languengar, seigneur de Traongurun, Kervasdoué, Kergazlé en 1658-1668, époux de Guillemette Renée de Penmarc’h ;

. leur fils Vincent de Keranguen, seigneur de Trongurun, époux de Marie de Coetsquiriou, qui résident au manoir de Kervasdoué en 1671-1672, et qui quittent Lesneven vers 1675.

Famille ALLAIN de la MARRE.
Le livre des sentences contenant les ordonnances de correction, de réception et d’enregistrement rendues par les Commissaires réformateurs du papier terrier de Lesneven signale, pour la période 1682-1684 : « J. Allain de la Mare est déchargé du rachat de la succession d’Alain de Keranguen ».

. Jacques ALLAIN, sieur de LA MARRE, « pour la terre noble de Kervasdoué » (1679-1683). Il était banquier à Morlaix, Maire de Morlaix (1671-1672), Président du tribunal de commerce (1678-1680), Secrétaire du Roi à la Chancellerie près le Parlement de Bretagne (1687). Il est né le 18 octobre 1627 à Caen et décède le 4 septembre 1687 à Bordeaux. Il épouse le 12 octobre 1655 à Morlaix Marie Coroller de Kerdanneau, dame de Keriziou.

Il fit des déclarations, sous la juridiction de Lesneven, pour la réformation du domaine, à propos de la seigneurie de Kervasdoué en Plouider (1672-1682). Il est propriétaire de seigneuries et terres à Plouvorn, Languengar (Traongurun), Plouider (Kervasdoué), Scrignac, Morlaix…

En 1689, Kervasdoué est habité par maître Pierre Chevezier, « général et d’armes », époux de Jeanne Jonatase de Léau, mais ils ne sont peut-être que locataires.

*********************************************

Famille de paysans locataires du manoir et de la métairie.
Divers fermiers ont exploité les terres et habité le manoir depuis le XVIIIème siècle :

Guillaume LE GUEN et Anne CLOAREC habitent le manoir de Kervasdoué en 1674.

 Prigent PENGAM et Jacquette FAVE ont une fille Anne, née vers 1678 et décédée le 4 mai 1688 au manoir de Kervasdoué.

 Jean GRALL et Françoise ABIVEN.
. né vers 1640 et décédé le 24 février 1708 à Kervasdoué en Plouider, à 68 ans ; marié avec Françoise ABIVEN, née vers 1656 et décédée le 26 décembre 1696 à Kervasdoué en Plouider, à 40 ans.

. enfants : François (° 10 avril 1690 manoir de Kervasdoué, Languengar), Jacques (25 mai 1691 manoir de Kervasdoué, Languengar), Marie (° 25 décembre 1696 manoir de Kervasdoué, Languengar et décédée le 25 avril 1762 à Kervasdoué).

. remarié le 5 septembre 1967 à Plouider avec Gabrielle LE JEUNE, née vers 1676 à Saint-Frégant et décédée le 8 avril 1753 à la Boissière en Plouider ; enfant : Nicolas (° 13 juillet 1698 à Kervasdoué en Plouider).

 Yves PENGAM et Anne PERON, puis Françoise CRAFFEUR.
. né le 17 juin 1672 au Petit Traongurun en Languengar et décédé le 31 janvier 1729 à Kervasdoué en Plouider ; marié vers 1693 à Plouider avec Anne PERON, née le 12 août 1677 à Lannilis et décédée le 10 avril 1701 au manoir de Kervasdoué en Plouider.

. enfants : Marie (30 avril 1694 au manoir de Kervasdoué en Languengar),Claude (° 17 avril 1698 à Kervasdoué en Plouider), Gabriel (25 mars 1701 à la métairie de Kervasdoué).

. remarié le 4 janvier 1704 à Kernouès avec Françoise CRAFFEUR, née vers 1683 à Kernouès et décédée le 18 décembre 1719 à Plouider.

. enfants : Nicolas (17 novembre 1704 à Kervasdoué), Jacquette (26 janvier 1707 à Kervasdoué), François (25 février 1709 à Plouider), Yvon (27 septembre 1711 à Kervasdoué), Marie (6 décembre 1712 à Kervasdoué), Anne et Marie (6 décembre 1715 à Plouider), Jean (5 août 1718 à Kervasdoué).

 François GRALL et Magdaleine BUREL
. né le 11 juin 1671 à Prat-Doun en Languengar et décédé le 17 mai 1736 à Plouider, fils de Jan GRALL et Anne BOUDEUR, de Languengar ; marié le 14 février 1697 à Pont-du-Châtel avec Magdeleine BUREL, née vers 1673 et décédée le 7 mai 1736 au Carpont à Plouider, fille de Yves Burel et Marie Quéméneur.
. enfants nés à Kervasdoué : Marie (22 mars 1698), Gabriel (14 avril 1702), Pierre (1er septembre 1703), François (3 août 1705), Yves (13 février 1707).

 François GRALL et Marie LE ROUX
. né le 2 mars 1690 à Kérilien en Plouider et décédé le 17 juillet 1748 au manoir de Kervasdoué, fils de François Grall et Marie Bléas ; marié le 13 janvier 1723 à Trégarantec avec Marie LE ROUX, née le 13 mai 1696 à Kervélégan en Plouider, fille de Prigent Le Roux et Anne Abhervé ; enfants nés à Kervasdoué : Jean (7 mars 1726), Jacques (20 juin 1729), Marie (9 juin 1731).

 Jean GRALL et Jeanne PICART.
. né le 9 mars 1702 à Plouider, fils de Robert Grall et Marie Boniou, et décédé le 7 juillet 1769 au manoir de Kervasdoué ; marié le 6 février 1720 à Languengar avec Jeanne PICART, fille de Jean Picart et Françoise Mioceq ; enfants : Marie (17 août 1721), Anne (13 juillet 1723 au manoir de Kervasdoué), Jeanne (16 août 1725), Claude (1er décembre 1727).

 Jean GRALL et Catherine LE GOFF
. né le 1er avril 1689 à Languengar ; . marié le 20 octobre 1733 à Saint-Frégant avec Catherine LE GOFF, née vers 1713 et décédée le 10 juillet 1773 à Kervasdoué, fille de Hervé Le Goff et Anne Merer ; . enfants : Marie (30 novembre 1734), Anne (13 septembre 1736), Jeanne (27 mai 1738), Guillamette (1er novembre 1739), Françoise (4 novembre 1741), Catherine (22 novembre 1743), Claudine (12 janvier 1746), Guillaume (22 juin 1748), Yves (6 juin 1750 au manoir de Kervasdoué), François (27 mai 1752), Jacques (7 janvier 1755).

 Guillaume LE BARS et Marie Jeanne TOTTIN (ou DOTTIN)
. marié avec Marie Jeanne TOTTIN, fille de Thomas Tottain, décédé au manoir de Kervasdoué le 11 janvier 1730 à 80 ans ; enfants : Jeanne et Marie (3 juin 1727), François (26 janvier 1730), Nicolas (13 juillet 1741), Françoise (17 juin 1725).

 François LE BARS et Claudine MONTFORT.
. né le 26 janvier 1730 à Keradraon en Plouider, fils de Guillaume Bars et Marie Jeanne Tottin ; . marié le 24 octobre 1752 à Lesneven avec Claudine MONTFORT ; enfants nés à Kervasdoué : Marie Yvonne (22 février 1755), Marie Anne Charlotte (18 septembre 1756), Guillemette (9 février 1758), Gabrielle (21 octobre 1759), Yves (11 mars 1761), Yves (18 août 1762), Christophe François (12 février 1764), Marie Françoise (3 février 1766), Yves (17 juin 1767).

 Gabriel BARZ et Guillemette GRALL
. né le 16 mai 1737 à Plouguerneau et décédé le 18 mars 1775 à Kervasdoué, fils de Jacques Le Bars et Marie Salaun ; marié le 17 juin 1761 à Plouider avec Guillemette GRALL, née le 1er novembre 1739 à Kervasdoué et décédée le 12 octobre 1810 à Kervasdoué, fille de Jean Grall et Catherine Le Goff ; enfants : Catherine (1762), Claudine (17 août 1764 au manoir de Kervasdoué), Yves (23 août 1765 au manoir), Marie Gabrielle (10 octobre 1768 au manoir), Jacques (décédé le 3 juin 1771 au manoir), Hervé (11 avril 1772 au manoir), François (14 mars 1774 au manoir), Gabriel (1775)

. Guillemette GRALL s’est remariée avec Guillaume SALIOU, né vers 1740 et décédé le 20 juin 1788 à Kervasdoué, à 48 ans. Ils ont eu trois enfants : urbain (26 novembre 1778), Charles Marie (23 août 1780 au manoir), Yves Marie (19 mai 1785).

- Viennent ensuite des familles ABILY, BRANELLEC au début du XIXème siècle.

Sources :
. Jean-Yves Le Goff, « Lesneven et son patrimoine », Musée du Léon, Lesneven, 1996.
. Archives départementales du Finistère
. Registres paroissiaux et d’état civil de Plouider


Dans la même rubrique



pucePlan du site puceContact puceMentions légales puceEspace rédacteurs puce

RSS

2009-2017 © memoire de Plouider - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.47
Hébergeur : infini.fr