Les conférences de 2020
Article mis en ligne le 12 février 2021
dernière modification le 16 janvier 2021

par GAC Yvon

Les conférences de l’année 2020

- La conférence d’Anne GUILLOU, du 26 janvier 2020

La sociologue et écrivaine Anne Guillou a présenté deux figures contrastées au service du monde rural, Hervé Budes de GUEBRIANT (1880-1972) et Tanguy PRIGENT (1909-1970)..
Deux personnalités qui ont laissé leur empreinte dans le monde paysan.
D’un côté, l’aristocrate breton agronome et formidable organisateur, fait le choix du corporatisme et crée l’Office Central de Landerneau.
De l’autre, un fils de la petite paysannerie trégorroise fait le choix du socialisme. Ministre du Général de Gaulle, il fait voter la loi sur le fourrage et le métayage en 1945.
Un public attentif et intéressé a échangé ensuite avec la conférencière.

********************************

- La conférence d’Anne GUILLOU, du 13 septembre 2020

La conférence portait sur le thème de "la passion du patrimoine". La valorisation et la préservation du patrimoine mobilisent de nombreux acteurs : les chercheurs (historiens, sociologues, anthropologues), les acteurs culturels (associations, conservateurs, artistes), les représentants de l’Etat, les Elus,...
Depuis 1980, le grand public s’associe aux spécialistes pour mettre en valeur les objets patrimoniaux comme ressources locales.
La reconnaissance de patrimoines même modestes (un moulin, une tannerie) constitue aujourd’hui, comme une revanche des travailleurs sur les possédants d’autrefois.

************************

- La conférence de François de BEAULIEU, du 10 octobre 2020

Le Morlaisien François de BEAULIEU, naturaliste, ethnologue et auteur de nombreux ouvrages sur le patrimoine naturel et culturel de Bretagne, a donné une conférence sur les "Landes de Bretagne".
Une réflexion sur un milieu naturel qu’il faut protéger, la superficie des landes ayant diminué de façon importante. Le public a été sensibilisé à la richesse de ce milieu.

François de Beaulieu a travaillé avec le peintre Lucien Pouëdras sur les paysages de son Morbihan natal. Celui-ci avait exposé, en mairie de Plouider l’an dernier, des toiles de ses landes au cœur de la vie rurale.
Elles couvraient 30 % de la Bretagne historique, elles n’occupent plus que 0,5 % environ du même territoire. Ce patrimoine est devenu précieux et doit être mieux connu et préservé, pour sa flore et sa faune particulières.

Sur le cadastre napoléonien de Plouider en 1816, la répartition des terres est la suivante :
. Terres labourables = 61,6 %
. Landes = 22,7 %
. Prés et pâtures = 13 %